Exposition : Océans de demain – Printemps des Poètes

maison de la poesie

Publié dans Arts plastiques

0 commentaire

53014704_2267721906628384_4105344133399314432_n.jpg

Suivre :

Contacter le propriétaire de la Publication

Contacter le propriétaire de la Publication

Pour obtenir des information à propos de la publication publication, vous pouvez envoyer un message à son propriétaire publication.

Exposition de tankas (tableau + haïku)
Marie-Jeanne Sakhinis/De Meis : poèmes et haïkus
Hervé Querrien : peintures

La poésie m’habite depuis mes premiers poèmes écris à l’âge de quinze ans. Comme l’air, l’eau ou la terre, elle est un élément vital à mon organisme. Un besoin de créer au-delà des mots, elle prend forme dans l’ocre de sanguines, sous les traits du crayon, des pastels et de l’encre pour être partagée…
Le haïku est une forme de poésie qui nous vient du pays du soleil levant. Tout comme le lever du soleil, il est un instant furtif saisi sur le vif. Telle une île dans l’immensité de tous ces petits moments de la vie que nous traversons sans y faire attention, il est l’instantané d’un plaisir quotidien : le café, pris au bar avant d’entamer la journée avec pour résonances: les bruits de fonds, les gestes, les odeurs… en passant par l’apéritif, et les fins de soirées, parfois arrosées et embrumées dans le fond d’un pub. Les instants gourmands,indissociables, permet de retrouver les plaisirs de la bouche, aux saveurs sucrées, salées et épicées, avec parfois un zeste d’humour. A consommer sans modération!
Marie-Jeanne Sakhinis/De Meis

Engagé dans un propos pictural, mes peintures tentent de questionner le rapport des hommes avec leur cadre de vie, comment nous transformons nos corps et comment nos corps subissent la transformation du paysage. Le paysage humain met en évidence une histoire en marche, une mondialisation à l’œuvre sur toute la planète. Ce que nous construisons pour nous détruire nous entoure, nous envahit, nous façonne. J’interroge la capacité des corps à subir ce que l’environnement nous montre. Les personnages convoqués incarnent des êtres mutants où chacun pourrait pourtant se reconnaître. Lorsque les corps et les paysages se confondent, je cherche à découvrir se qu’il reste du visage de l’autre aujourd’hui, ce à quoi nous ne voulons pas toujours croire, que nous voyons et que nos corps nous disent.
Hervé Querrien


Publier un commentaire

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour publier un commentaire.

© 2019 Communiqué de Presse Culture gratuit – InfosCulture.com - Un site JobCulture.fr - Emplois et Stages dans la Culture