eac_jobculture_2016c


MON COEUR MIS À NU, ET PAS SEULEMENT. Exposition personnelle d’Orodè Deoro

Locandina-A2-1.jpg
Embrasser-à-jamais.-Maceta-“Curvada”-Vondom-rivestida-de-ceramica-recortada-a-mano.180-cm.2017.A-bx.jpgAdesso.-Cm-61x82.-2016.jpgIl-profumo-di-Chartres.-bx.ris_.jpg

Suivre :

Contacter le propriétaire de la Publication

Contacter le propriétaire de la Publication

Pour obtenir des information à propos de la publication publication, vous pouvez envoyer un message à son propriétaire publication.

Exposition personnelle d’Orodè Deoro

Curateur Fabio Novembre

Chapelle Saint-Éman, Chartres (France)

24 Juin 3 Septembre 2017

Pour la quatorzième année consécutive, la Régie Les 3R accueille un grand artiste au sein de son espace pour une exposition de mosaïque : Orodè Deoro. Lartiste, originaire des Pouilles, présentera ses œuvres dans une grande exposition monographique, organisée par larchitecte et designer de renommée internationale Fabio Novembre, avec le soutien de la ville de Chartres. Chartres, jumelée avec Ravenne en Italie, est devenue – grâce au travail réalisé par Les 3R qui organise depuis 1992 les Rencontres Internationales de Mosaïque – un pôle important de rassemblement et d’échange pour la mosaïque contemporaine mondiale.

L’exposition est installée dans l’espace de la Chapelle Saint-Éman, situé dans le centre-ville, à quelques pas de la Cathédrale. Elle présente des œuvres en céramique taillée à la main sur un support enduit époxy, inspirées par l’œuvre du poète français Charles Baudelaire « Mon coeur mis à nu ».

En nommant ainsi son livre, Baudelaire relevait le défi d’Edgar Allan Poe d’écrire et de publier une œuvre intitulée très simplement par ces mots, mais dont le contenu serait fidèle à son titre. Une provocation subtile, donc, puisque Allan Poe lui-même jugeait ce projet impossible : «Personne, en admettant que quelqu’un ose, ne pourrait l’écrire. À chaque touche de la plume enflammée, le papier se tordrait et sembraserait », disait-il.
À
limage de Baudelaire, dont le livre se compose dune série de fragments, Orodè veut lui aussi essayer de relever ce défi avec sa mosaïque.

La pensée de Fabio Novembre trouve différents points de connexion avec celle de l’artiste : « Conscient de la complémentarité des corps, Orodè poursuit l’idée de recomposition érotique du fragment, une poétique demboîtement qui génère des histoires de séduction universelle ».

L’exposition est le résultat d’un projet beaucoup plus vaste, qui commence par une résidence d’artiste dans la ville française : deux mois au cours desquels non seulement l’artiste travaillera à la réalisation de vingt œuvres, mais aussi offrira des Workshops thématiques et des conférences sur la mosaïque. Les douze œuvres résultant de ce travail seront placées dans les rues de la ville, juste après l’inauguration du 24 Juin.

Lors de linauguration, l’artiste Italien Riccardo Matlakas, il a présenté « Sweet Thorn ». Créée en 2015 pour l’Institut de la Palestine en Afrique du Sud, la performance a déjà été représentée au Cap (Afrique du Sud), à Séoul (Corée du Sud), sur l’île de Jeju (Corée du Sud), à Naples (Italie) et à Londres (Angleterre).

Fabio Novembre explique « Orode est un utopiste, un artiste romantique hors du temps, qui, même s’il laisse de fortes traces matérielles, se déplace avec légèreté, presque imperturbable sur le chemin de la vie. Malgré son amour pour les poètes maudits, il est la personne la plus douce que je connaisse parce qu’il a réussi à canaliser tous ses instincts dans une activité productive fébrile. De plus, une racine profonde nous unit : la révélation du féminin comme source d’énergie vitale. Conscient de la complémentarité des corps, Orodè poursuit l’idée de recomposition érotique du fragment, une poétique demboîtement qui génère des histoires de séduction universelle. C’est un chaman qui essaie de guérir les âmes mais en parlant des corps, en équilibre entre les flammes du désir et la chaleur de la passion amoreuse. Dans une réalité de plus en plus explosée et fragmentée, sa prise de conscience et sa tentative pour la réunir, est une entreprise dans la lignée des plus grandes utopies.»

Biographie

Orodè Deoro, est né à Tarente en Italie (1974). Il vit et travaille à Milan. Artiste autodidacte, éclectique, il utilise la mosaïque, la peinture et l’Action painting dans des spectacles pluridisciplinaires. Sa mosaïque caractéristique en céramique est née à Vincent City, une communauté d’artistes fondée par le peintre et sculpteur Vincent Brunetti dans les années 90 à Guagnano, dans le sud de lItalie. En Septembre 2000, il crée sa première mosaïque permanente sur un des murs extérieurs. Il vit là jusqu’en 2005. Vincent City, visitée par des centaines de touristes chaque semaine, est maintenant son exposition permanente, avec vingt œuvres de moyenne et grande taille sur les murs intérieurs et extérieurs.

En 2014 il réalise à Milan une mosaïque sur un mur extérieur de la maison de l’architecte et designer de renommée internationale Fabio Novembre. La mosaïque, de dimensions totale 6 x 5 m représente le Paradis Terrestre.

Il présente un triptyque en mosaïque, de 2,5 x 1 m, à la Triennale Design Museum, à Milan. Le MAR, Musée d’art de Ravenne, acquiert la mosaïque « En marche! En marche ! ». En 2015, il gagne la Plaque d’or du Premio Arte, dans la section sculpture, avec L’éternité, une mosaïque de 90 x 72 cm. En Juillet 2015, il fait pour la première fois la couverture d’une revue française, Mosaïque Magazine. Ouverture de l’atelier Orodè Deoro, 15 rue Lattanzio à Milan.

MON COEUR MIS À NU, ET PAS SEULEMENT

Chapelle Saint-Éman, 11 rue Saint-Éman, Chartres.

Horaires : du mardi au dimanche de 14:00 à 18:00

Entrée libre

 


Publier un commentaire

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour publier un commentaire.

© 2017 Communiqué de Presse Culture gratuit – InfosCulture.com - Un site JobCulture.fr - Emplois et Stages dans la Culture